Comment reconnaitre si les combles sont mal isolés ou non ?

Il existe certaines indications qui laissent croire que l’isolation de la toiture n’est pas adéquate ou commence à se détériorer. Avant tout, on peut constater une désagréable répartition de la chaleur à travers toute la maison. Autrement dit, certaines pièces sont plus froides et presque impossibles à chauffer par rapport à d’autres. On croirait presque que la température intérieure varie suivant la température extérieure. Il fait froid dans le logement en hiver et il fait chaud e été. Ensuite on remarque aussi l’humidité qui s’installe c’est-à-dire que des moisissures commencent à se former dans tous les coins de la maison surtout aux angles du toit. Ces quelques signes montrent à première vu une mauvaise isolation des combles. Entre autres, il y a aussi une mauvaise isolation de combles quand on commence à entendre chaque moindre bruit venant de l’extérieur. On commence à ressentir un inconfort tant en termes calorifiques qu’en terme acoustique.

Que faut-il faire en cas de mauvaise isolation des combles ?

La première chose à faire quand on est confronté à un problème d’isolation, il est important d’effectuer un diagnostic de performance énergétique. Celui-ci affirmera si votre comble est mal isolé ou non. Le résultat vous permettra ainsi de savoir les points forts et les faiblesses énergétiques de votre habitat et de résoudre le problème. Cependant, ces démarches nécessitent l’intervention d’un professionnel en la matière, cliquez ici pour plus d’information à ce sujet. Dans le cas d’une déperdition thermique élevée, l’isolation des combles est donc à revoir, car cette partie de la maison est celle qui influe le plus sur la température de l’ensemble du bâtiment. Il faut donc envisager d’aménager les combles pour améliorer votre condition thermique et acoustique.

A voir aussi : Pompe à chaleur réversible : fonctionnement et avantages

Isolation de combles performants et de qualité

Pour mesurer la performance d’une isolation de comble, il faut tenir en compte la conductivité, la résistance thermique et l’épaisseur de l’isolant utilisé. L’épaisseur joue un rôle très important dans l’isolation, car elle définit également la résistance calorifique du comble. On a le choix entre une simple ou double couche qui est lié à l’aspect des parois et aux performances thermiques convoitées. Que l’on choisisse une ou deux couches, l’objectif est d’obtenir une résistance thermique maximale d’environ 8 m² K/W afin d’assurer un confort d’été et d’hiver. Et par la même occasion, obtenir un faible niveau de consommation d’énergie d’environ 50 Wh/m◊ tous les ans.

Lire également : Voile d’ombrage, très pratique pour chaque besoin

vous pourriez aussi aimer