Asha Mandela, record des dreadlocks les plus longues du monde

Son nom ne saurait passer inaperçu, encore moins ses dreadlocks. A 50 ans, Asha Mandela est bat aujourd’hui le record des plus longues dreadlocks au monde. Depuis ses 21 ans, elle ne s’est jamais coupé les cheveux et figure désormais dans le livre Guinness des records avec des dreadlocks longues de 3 mètres. Il faut dire qu’Asha Mandela n’a jamais prévu d’aller aussi loin dans sa vie, mais plus ses cheveux devenaient longs et mieux elle les mettaient en évidence. Cela fait alors 30 ans qu’elle n’a jamais vu un coiffeur et se porte d’ailleurs très bien, du moins dans sa tête. Zoom sur celle qui est sans doute une fierté pour les amoureux des dreadlocks.

3 à 4 bouteilles de shampoings pour les laver

 

A lire aussi : Se faire un massage pour se détendre

asha 1

Avec des dreadlocks qui ne cessent de pousser au fil des années, Asha Mandela ne traite pas ses cheveux comme les autres femmes. Elle n’hésite pas en effet à utiliser 3 à 4 bouteilles de shampoing Subtil Tone HD pour les laver.

Lire également : Augmentation mammaire : une chirurgie esthétique plus naturelle

 

Avec un poids de 18 kg, il faut dire que la tâche n’est pas du tout facile. Quant au séchage, il peut facilement prendre jusqu’à 12 heures. Asha Mandela n’est pas du tout dérangée par le poids de sa chevelure, au contraire.

 

Elle aime l’enrouler dans un ruban et avoue qu’elle ne la sent presque jamais. Aujourd’hui, elle vit en Floride, est mariée et est mère d’un enfant. Pour son record, il n’a pas encore été battu même si elle l’a établi depuis 2008.

Elle ne s’imagine pas sans ses dreadlocks

Couper ses dreadlocks apparaît comme un suicide pour Asha Mandela. Celle qui est devenue célèbre grâce à sa chevelure n’ose pas imaginer sa vie sans ses dreadlocks. Elle en prend soin depuis 30 ans et ses cheveux font désormais partie de son quotidien. Elle explique au Daily Mail qu’elle n’a pas envie de ressembler à un zombie en coupant ses cheveux. Plusieurs médecins l’ont d’ailleurs mise en garde concernant le poids de ses cheveux, mais elle n’entend pas s’en séparer. En effet, le poids trop important de ses dreadlocks pourrait lui poser des problèmes de dos ainsi que des maux de tête. Pour le moment, elle n’a aucun de ces symptômes et reste confiante pour la suite. Concernant ses rapports avec les autres amoureux de dreadlocks, la native de Trinité et Tobago affirme qu’ils lui font plein de compliments et l’encouragent à conserver sa chevelure.

vous pourriez aussi aimer