Séparation de corps ou divorce ?

L’union conjugale qu’est le mariage n’est pas toujours une opération facile. La vie de couple nécessite beaucoup d’efforts, de sacrifices et de patience. Cependant, il peut arriver que vous décidiez d’entamer une procédure de séparation pour une raison quelconque. Si vous vous demandez le choix à faire entre une séparation de corps ou un divorce, voici ce qu’il en est.

Séparation de corps : définition et caractéristiques

La séparation de corps est une procédure qui permet aux époux de ne plus cohabiter tout en restant mariés. Néanmoins, il est à noter qu’une séparation de corps implique systématiquement une séparation de biens. C’est-à-dire que si l’un des conjoints acquiert un bien après le jugement de ladite séparation, il en devient l’unique propriétaire. Dans ce cas, on parle de bien propre.

A lire également : 8 erreurs à ne pas faire sur un site de rencontre lesbienne

Encore appelée séparation légale, elle est généralement établie au tribunal selon le consentement des époux. C’est une alternative pour les époux dont la rupture n’est pas certaine. Cependant, en cas de décès de l’un des époux, cette séparation n’est plus en vigueur.

De même, dans la mesure où les conjoints décident de reprendre leur vie commune, le régime de séparation cesse. Elle peut avoir pour cause, l’adultère, une violence physique ou une séparation de vie commune pendant une durée d’un an.

A découvrir également : La pizza vous transporte en Italie

Par ailleurs, lorsque vous optez pour ce régime, il vous est impossible de vous remarier. En raison de la disparition de cohabitation, si une grossesse surgit pendant cette période, la paternité n’est pas reconnue.

Notez également qu’après une période de deux ans de séparation de corps, celle-ci est changée en divorce.

Le divorce : que faut-il savoir ?

Le divorce désigne la dissolution judiciaire du mariage. C’est aussi une procédure suivant des règles de droit qui régissent sur l’instance aboutissant à une rupture irrévocable du lien marital. Généralement, elle est prononcée dans un délai d’un an.

De plein droit, le divorce découle sur une rupture des biens communs. À l’entame du divorce, le juge procède donc à une attribution de biens pour les époux étant mariés sous un régime de biens communs. Les époux devront procéder à une liquidation devant un notaire du statut matrimonial.

Séparation de corps et divorce : que choisir ?

Bien que la séparation de corps emporte le devoir de cohabitation entre les époux, elle exige certaines obligations. En effet, le devoir de fidélité, d’assistance et de secours demeure entre les époux contrairement au divorce qui rompt tous les devoirs liés au mariage.

Parlant de devoir de secours, l’époux peut bénéficier d’une pension alimentaire ou d’un capital en cas de besoin. Même en cas de décès de l’un des époux, la séparation de corps permet à ce que l’autre hérite des biens. En effet, ce régime conserve le droit à la succession.

Par ailleurs, pour les couples adeptes de la religion ne désirant pas divorcer, la séparation de corps à un certain intérêt. Aussi, si vous souhaitez ne pas faire perdre à l’autre l’avantage de succession, vous pouvez opter pour une séparation de corps.

Néanmoins, notez que dans la plupart des cas, une séparation de corps débouche sur un divorce et nécessite des frais supplémentaires. Cela peut même retarder le processus de divorce. Alors, si vous vous sentez vraiment prêt ou convaincu de votre rupture, l’idéal serait de procéder directement au divorce.   

vous pourriez aussi aimer