L’exploitation touristique de la vie sauvage en Afrique

La part de l’Afrique dans le tourisme mondial est très faible par rapport à sa dimension géographique et le nombre de sa population. Cependant, les arrivées de touristes internationaux ont contribué à sa croissance au cours des 20 dernières années. Ils sont notamment intéressés par le safari Afrique du sud, ainsi que les diverses autres activités organisées sur place.

 

A lire en complément : Sculpture pour débutants : techniques essentielles et astuces pratiques

Le Safari Afrique, une aventure à ne pas rater

 

Le safari Afrique du Sud est connu à travers le monde. Il s’agit d’un voyage spécialement conçu pour les amoureux de la nature et de la faune sauvage. Les touristes peuvent apercevoir lors de ces escapades un lion en chasse, des éléphants qui se rafraîchissent sur un point d’eau ou encore des rhinocéros blancs. Ils pourront contempler des girafes, des léopards ainsi que des panthères et ressentiront des émotions plus fortes que celles conférées par leur poste de télévision. Un safari en Afrique du Sud permettra de recueillir des souvenirs impérissables. Ici, les touristes peuvent voyager seuls ou en compagnie d’un ranger roulant dans un véhicule 4X4 ouvert. Ces véhicules dédiés au safari permettront de pénétrer subtilement dans le monde des animaux.

A lire également : 5 loisirs canadiens à découvrir

 

La chasse sportive, une activité lucrative

 

L’exploitation touristique de la vie sauvage d’Afrique se fait de plusieurs façons. Ces dernières années, le gouvernement africain a autorisé l’organisation de battues pour les touristes souhaitant remporter des trophées. Ce genre d’entreprise est extrêmement lucrative cependant, on ignore toujours dans quelles limites, ces visiteurs pourront chasser sans compromettre la survie des populations de mammifères qui y vivent. Il est certain que dans plusieurs pays d’Afrique, il est possible d’accorder des permis pour de nombreux têtes de gibier, cependant aucune étude n’a encore été lancée, de ce fait, les services de la chasse délivrent les autorisations avec prudence. Ce type de tourismes fait battre le cœur de milliers de visiteurs, mais devraient être plus encadré.

 

Une nature à couper le souffle

 

L’Afrique du Sud regorge de mille et uns endroits à couper le souffle comme les chutes Victoria qui figurent parmi les plus impressionnantes du monde. Il est possible d’y faire un tour, en organisant un safari Afrique déniché sur monde-authentique.com, le site de l’une des agences de voyage qui permettent de réserver sur internet. Après avoir découvert des animaux extraordinaires ce site clôturera votre épopée du bout du monde. Avant de les atteindre, les touristes pourront découvrir notamment la route des vins du Cap et son pinotage, la route des Jardins entre Océan Indien et les montagnes du Drakensberg ou encore le fameux parc Kruger. Ceux qui se sentent prêts à partir à l’aventure opteront pour un safari afrique du sud.

Les conséquences de l’exploitation touristique sur la faune sauvage

Les conséquences de l’exploitation touristique sur la faune sauvage sont multiples et souvent désastreuses. En effet, les activités touristiques ont un impact direct sur la vie des animaux qui habitent ces régions naturelles d’Afrique.

Le bruit incessant des véhicules dans les parcs nationaux peut causer du stress chez les animaux sauvages. Les moteurs rugissants ou encore les cris des visiteurs peuvent perturber leur environnement naturel et déranger leurs comportements normaux tels que la nourriture, la chasse ou le repos.

La construction d’hôtels luxueux ainsi que toutes sortes de sorties ayant pour but de divertir le touriste contribuent à changer l’écosystème local. Par exemple, la fragmentation de forêts est un problème majeur lié au tourisme en Afrique. De nombreux hôtels sont construits dans des zones boisées autrefois intactes, causant une destruction complète ou partielle de cet habitat vital pour diverses espèces animales.

Il faut aussi mentionner l’impact négatif qu’a l’afflux massif de touristes sur certaines espèces menacées telles que le gorille des montagnes au Rwanda, qui a été mis en danger par cette affluence considérable entraînant, entre autres, un risque accru de transmission de maladies humaines fatales aux primates non-immunisés • ce qui pousse aujourd’hui certains experts à remettre en question ce type d’activité • mais aussi pour protéger ces grands singes magnifiques, essentiels à notre éco-système.

Bien sûr, cela ne veut pas dire qu’il ne peut y avoir aucun bénéfice à tirer du tourisme animalier. En réalité, le tourisme peut être une source de revenus pour les populations locales qui bénéficient ainsi d’un emploi dans l’industrie touristique ou encore au travers des taxes perçues par les gouvernements locaux. Or s’il n’y a pas un contrôle adéquat, cela pourrait menacer la viabilité économique et écologique de ces régions.

Il est donc possible d’encourager un tourisme responsable en Afrique où la faune sauvage peut coexister avec l’homme sans que son habitat naturel ne soit dégradé. Les pratiques éthiques doivent être encouragées afin que les animaux puissent vivre en paix et les visiteurs profiteront pleinement des merveilles du continent africain tout en contribuant soigneusement à leur survie.

Les initiatives durables pour un tourisme responsable en Afrique

Face aux enjeux environnementaux et économiques du tourisme animalier, de nombreuses initiatives durables ont été mises en place pour encourager un tourisme responsable en Afrique.

Une première initiative consiste à limiter le nombre de visiteurs. Les autorités locales peuvent ainsi mettre des quotas sur les entrées dans les parcs nationaux ou interdire l’accès à certains sites pour protéger la faune sauvage. Cette mesure permet aussi de préserver la qualité de l’expérience touristique pour ceux qui visitent ces sites naturels.

Il y a l’écotourisme, une pratique qui vise à réduire au minimum les impacts négatifs du tourisme sur l’environnement tout en garantissant un revenu durable aux populations locales grâce au partage équitable des bénéfices avec elles. Effectivement, cette forme de tourisme implique que les habitants locaux soient intégrés dans toutes les étapes du processus : conception du produit touristique, accueil et hébergement chez eux ou encore vente d’artisanats fabriqués localement. L’éco-touriste est donc invité à respecter aussi bien la culture locale que son environnement immédiat afin d’aider à améliorer leur situation économique tout en minimisant son impact écologique. Cette approche contribue souvent directement au développement local et peut aider à limiter certains types d’activités illégales comme la chasse ou le braconnage.

Il est capital de mentionner ici une autre initiative importante : celle utilisant la technologie moderne pour assurer la survie des animaux menacés. Effectivement, des dispositifs de suivi par satellite ont été utilisés pour suivre les mouvements d’animaux tels que les gorilles ou les éléphants afin de mieux comprendre leur comportement et leurs besoins en termes de protection de la faune sauvage ; ces informations sont ensuite partagées avec le personnel local qui peut prendre des mesures appropriées pour protéger ces animaux. Les drones permettent aussi à l’industrie touristique d’avoir une vue d’ensemble sur la vie sauvage dans un parc national donné, offrant ainsi une alternative plus respectueuse de l’environnement aux visites traditionnelles.

Pensez à bien mentionner ici une autre initiative importante : celle consistant à sensibiliser les touristes à la préservation de l’environnement et de la faune sauvage, que ce soit à travers des brochures ou bien grâce à une formation complète dispensée sur place. Il est aussi possible pour certains pays africains de renforcer les réglementations contre le commerce illégal d’animaux sauvages et de punir sévèrement tout contrevenant.

Il existe un ensemble varié de moyens disponibles pour encourager un tourisme responsable en Afrique • allant du suivi par satellite à la limitation du nombre de visiteurs • chacun ayant son propre rôle à jouer dans ce domaine crucial. Toutefois, tous doivent travailler ensemble si nous voulons sauvegarder nos ressources naturelles et continuer à profiter pleinement des merveilles qu’elle offre.

vous pourriez aussi aimer