Le droit au travail des personnes handicapées

Les travailleurs handicapés bénéficient d’un cadre législatif qui les protège de toute forme d’exploitation et de discrimination tout en leur garantissant une carrière professionnelle réussie, et ce, en leur assurant une insertion professionnelle effective. Notamment, les entreprises employant 20 salariés et plus n’ont pas le droit de refuser l’embauche de personnes handicapées.

ESAT : pilier du dispositif de promotion du travail des personnes handicapées

L’ESAT (Etablissement et Service d’Aide par le Travail) constitue des établissements médico-sociaux. Concrètement, ce type d’établissement met à la disposition des personnes handicapées un large panel d’activités, ces dernières revêtant toutes un caractère professionnel. Par la même occasion, l’équipe d’un ESAT procure un soutien médico-social et éducatif aux personnes qui l’intègrent. L’objectif est de mettre en place un environnement propice à l’épanouissement personnel et social des individus admis à l’ESAT. Si cette structure vous intéresse, ce qu’il faut à tout prix faire c’est consulter les sites internet des ESAT afin de comparer leurs services, offres et conditions. Le fonctionnement de l’ESAT est régi en grande partie par les dispositions du Code de l’Action sociale et des familles. L’admission se fait sous certaines conditions et est décidée par la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH).

A voir aussi : Le nucléaire reste un secteur rentable

D’autres dispositifs en faveur de l’insertion professionnelle des personnes handicapées

Outre les ESAT, les personnes en situation de handicap peuvent travailler dans une entreprise adaptée (EA) ou un CDTD (centre de distribution du travail à domicile). Ainsi, une personne utilisant un fauteuil roulant électrique comme ceux de la boutique Acekare devrait pouvoir circuler facilement dans l’entreprise où elle travaille. Les couloirs, le stationnement, les sanitaires, etc. doivent suivre les normes de l’accessibilité handicapé.
Il faut quand même noter que pour bénéficier de l’ensemble des dispositifs en faveur de l’insertion professionnelle des personnes handicapées, l’individu doit obtenir la Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH). Cette dernière est une décision administrative qui engendre pour l’intéressé l’octroi de certain nombre d’aides. On citera notamment l’AAH (Allocation aux Adultes Handicapés), Prestation de Compensation du Handicap (PCH), Allocation Compensatrice pour Tierce Personne (ACTP), Allocation d’Education de l’Enfant Handicapé (AEEH). Par ailleurs, l’AGEFIPH, ou Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées, verse des aides aux individus handicapés bénéficiaires de l’obligation d’emploi. Enfin, le Contrat de Rééducation Professionnelle s’adresse aux personnes assurées sociales qui, à la suite d’un handicap, ne peuvent plus exercer leur emploi. Notez que les personnes handicapées sont drastiquement protégées par le principe de non-discrimination du handicap dont l’application est rigoureusement surveillée par l’Etat.

Lire également : Assurance : la politique d'entreprise est à prendre en compte

vous pourriez aussi aimer