You are here
Home > Divers > Business > La famille Peugeot parmi les candidats à la privatisation de l’aéroport Saint-Exupéry

La famille Peugeot parmi les candidats à la privatisation de l’aéroport Saint-Exupéry

Décidément, l’aéroport Saint-Exupéry de Lyon est celui qui connait le plus d’évènements ces dernières années en France. Après le feuilleton des parking lyon saint exypéry, voici le projet de privatisation auquel la famille Peugeot entend participer activement. Après s’est associé au groupe australien Macquarie, elle va bientôt soumettre une offre au groupe Aéroports de Lyon. Selon les sources, la famille Peugeot serait prête à dépenser jusqu’à 900 millions d’euros en vue de reprendre 20 à 25 % du capital d’Aéroports de Lyon.

Une décision attendue en août

Pour le moment, la proposition de la famille Peugeot est tout simplement indicative et permettra à l’APE de réaliser un premier tri. Celui-ci permettra surtout d’éliminer certains candidats qui ne répondraient pas aux critères établis. Ainsi, le choix des heureux élus ne va être connu que durant le mois d’Août. En attendant, les dépôts se poursuivent jusqu’au 4 juillet et plus de 7 consortiums ont déjà manifesté leur intérêt pour l’aéroport de Lyon. Si l’on sait que le processus de privatisation va aussi concerner l’aéroport de Nice, 6 autres consortiums ont aussi déposé leur dossier. Une compétition qui risque d’être très rude au vu de la qualité des offres.

Des doubles candidatures enregistrées

Il fallait s’y attendre au vu de la dimension que peuvent avoir les aéroports de Lyon et de Nice en France. Ainsi, on note plusieurs candidatures doubles concernant Vinci, deuxième opérateur aéroportuaire en France, qui s’est associé avec l’assureur Prédica et à la Caisse des Dépôts. Les doubles candidatures concernent aussi le consortium constitué par le fonds d’investissement français Ardian, le fonds français Siparex et le groupe bancaire BPCE. Il faut dire que ces deux regroupements font les favoris pour être élus, mais la famille Peugeot à de sérieux atouts à faire valoir. Son seul handicap, c’est qu’elle n’offre pas une expertise 100 % française, en s’associant avec l’Australien Macquarie.

Des prétendants venus de l’étranger

La course à la privatisation des aéroports de Lyon et de Nice est décidément très acharnée. Plusieurs prétendants étrangers se sont en effet manifestés pour entrer dans le capital. Le groupe espagnol Ferrovial en association avec le groupe français Meridiam a manifesté son intérêt. Le turc Limak Yatirim est quant à lui associé avec les aéroports de Lyon depuis 2011 pour la gestion de l’aéroport de Pristina au Kosovo. Pour l’aéroport de Nice, le géant allemand Allianz est candidate en collaboration avec l’américain Global Insfrastructure Partners.

Top