You are here
Home > Marketing > Communication Web > Migration HTTPS : quelles solutions pour quels problèmes ?

Migration HTTPS : quelles solutions pour quels problèmes ?

La sécurité est devenue un critère indispensable à la qualité d’une plateforme web que ce soit auprès de Google ou des internautes. La migration HTTPS ou HyperText Transfer Protocol Secure, obligatoire depuis janvier 2017 est actuellement une grande tendance augmentant la notoriété des boutiques en ligne et diverses entreprises. Malheureusement, sa mise en place s’avère être complexe et technique. Les soucis proviennent souvent de la configuration et l’installation du protocole de sécurisation ou l’installation. Voici quelques cas problématiques fréquents avec les astuces pour les résoudre.

 

Migration HTTPS : le site devient lent

D’une manière générale, une page sécurisée peut prendre plus de temps à s’afficher. Une situation qui a un impact négatif sur l’expérience utilisateur. C’est l’un des problèmes majeurs que beaucoup de propriétaires de site internet doivent traiter au point de nécessiter un conseil référencement SEO. Sans entrer dans des détails complexes, cette latence est souvent issue d’une mauvaise connexion entre le serveur et la plateforme. La solution consiste à configurer le « handshake TLS », le programme responsable des allers-retours d’information et de requête. Une fois cette opération effectuée, l’ergonomie du site deviendra à la normale.

Il existe des tutoriels pour effectuer la migration soi-même. Par contre, il vaut mieux se faire aider par un expert en programmation ou en informatique afin d’assurer un meilleur résultat.

Acquisition et installation des certificats SSL

Contrairement aux rumeurs sur les forums et dans les commentaires, les certificats SSL ne sont pas forcément chers. En effet, différentes versions et gammes sont proposées selon les besoins. Les modèles dits « simples » incluent la plupart des protocoles nécessaires pour assurer une protection minimale de son site internet. Ils sont suffisants pour prendre en charge un nom de domaine. Il y a aussi les certificats dits « à validation étendue », plus stricts et adaptables à plusieurs sous-domaines. Sinon, pour un grand projet comme un site de vente avec plusieurs ramifications, les certificats « wildcards » sont recommandés.

Le plus difficile peut-être d’effectuer un choix correspondant aux caractéristiques de sa plateforme et à ses objectifs. En effet, une fausse manipulation ou un protocole inefficace peut endommager l’ensemble du trafic. Aussi, il est recommandé de suivre les avis d’un expert en conseil référencement SEO ou en CMS (Content Management System).

 

Perte en matière référencement

D’après l’annonce de Google sur la migration HTTPS, les plateformes plus sécuritaires sont privilégiées sur les moteurs de recherche. En même temps, ce sont avant tout des petits coups de pouce pour inciter les propriétaires de site internet à protéger leur plateforme. En d’autres mots,  cette disposition n’a pas d’impact conséquent par rapport au classement sur les pages de résultat (SERPs).  Le seul souci pourrait provenir des redirections des liens. Dans cette situation, l’astuce est de conserver une copie de site avant de commencer la procédure de migration. Sans cela, les optimisations effectuées ainsi que l’ensemble du trafic gardent leur efficacité.

Enfin, il serait plus risqué de mal configurer le protocole HTTPS que de laisser un site web à son ancienne version HTTP. D’éventuelles complications peuvent être évitées en confiant les tâches techniques à des experts comme une agence de référencement naturel SEO Refinabox. C’est un investissement important, mais aux bénéfices de disposer des solutions sur mesure pour chaque problème.

Top