You are here
Home > Divers > i-Télé : la justice ordonne la suspension du déménagement des bureaux

i-Télé : la justice ordonne la suspension du déménagement des bureaux

Au mois d’octobre dernier, la direction du groupe Canal+ avait décidé de déménager le poste de travail d’environ 29 salariés. Une mesure dont le but était de permettre l’installation des journalistes de « Direct Matin ». Une décision contestée en interne et au niveau de la justice. Pour sa part, la justice a ordonné la suspension du déménagement d’une partie des bureaux de la chaîne I-télé dans un contexte de grève des salariés.

Le groupe Canal+ a affirmé prendre acte du Tribunal de Grande Instance de Nanterre, contre laquelle il annonce son intention d’interjeter appel.

Un projet contesté

L’origine de cette contestation, c’est sans doute le projet de création d’une « News Factory ». Dès lors le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) avait tenu à contester les conditions de ce déménagement. Il estime surtout qu’il n’a pas été consulté de manière régulière avant la prise de cette décision. Il faut dire que le CHSCT considérait surtout que ce projet de déménagement était une étape en vue de mettre en synergie les rédactions de la chaîne et du gratuit ainsi que le site de partage de vidéos DayliMotion.

Le tribunal estime alors que la suspension de ce déménagement aix est parfaitement justifiable, car il disposait des informations nécessaires à l’expression de son avis. Il a par la suite condamné la chaîne I-télé à verser une indemnité de 1000 euros et de dommages et intérêts assortis d’une astreinte de 50 euros par jour.

Une décision accueillie positivement chez les salariés

« Une très belle décision ». C’est en ces termes que les salariés concernés par ce déménagement aix ont accueilli la décision. Pour sa part, la direction de la télé estime que ce déménagement est basique, simple et insignifiant. Il était surtout détaché de tout projet éditorial et ceci justifiait largement le fait qu’elle n’ait pas eu recours à l’avis du CHSCT.

Le groupe a également souligné que la plupart des mouvements qui ont été effectués dans l’immeuble ont concerné une vingtaine de salariés. Ce qui a eu pour conséquence de regrouper toutes les équipes de la chaîne sur le même étage. Il s’agissait par ailleurs d’un projet de création d’une « News Factory », beaucoup mieux qu’une simple rationalisation des locaux. Quant à l’avocat du CHSCT, il qualifie la décision du tribunal comme étant très juste dans un contexte où les salariés de la chaîne ont décidé de mettre fin à leur grève historique de 31 jours.

Top